Liberté d'expression : portée disparue?

Publié le par Orion71

Comme le disait Stéphane Gendron lors de sa fameuse sortie contre la juge Côté dans l'affaire de Luc X, le pédophile ayant abusé de sa fillette de 4 ans, (quand Gendron a brûlé le jugement en ondes), nous vivons dans une espèce de nouveau-moyen-âge, une ère de grande noiceur au Québec, comme partout ailleurs dans le monde.

Alors qu'un avocat animant une émission d'affaires publiques à la télévision n'a pas le droit de critiquer un jugement sous peine de radiation du barreau, alors que Mario Pelletier, auteur du livre 'La Caisse dans tous ses états', se fait censurer par suite de mises en demeures envoyées par la CDPQ à la maison d'édition 'Carte Blanche' (ce livre raconte comment Henri-Paul Rousseau a berné les québécois avec des tours de passe-passe), alors que la Saga Coderre tente par divers moyens de se faire entendre (diverses entrevues radiophoniques) sans toutefois atteindre les grands médias, aussi faut-il souligner le fait que le SPVM multiplie les harcèlements sur Marie-Claude Montpetit, auteure du livre Strippergate: La filière canadienne des travailleuses du sexe lequel raconte comment des procureurs, policiers, journaleux et politiciens se protègent les uns les autres et mettent toute leur énergie pour empêcher la sortie de ce livre et décourager l'auteure de poursuivre ses démarches, alors que Julie Couillard, présumée auteure de 'Mon histoire' a vu son livre en librairie 5 jours en avance sur la date prévue, on est en droit de se demander qui tire les ficelles dans l'ombre. (Ça me fait penser à la censure du livre de Cécilia par Sarkozy lui-même)

Une toute petite parenthèse: mon opinion personnelle au sujet des énergies consacrées et tout l'argent dépensé pour faire taire des gens, pour moi, cela dissimule ou se traduit par une sorte d'aveu de culpabilité. Je m'explique: selon la liberté d'expression, chaque personne a le droit d'exprimer ses opinions et réflexions. Donc, si une personne se croit lésée par les écrits d'un livre, elle a toute la liberté d'en écrire un à son tour pour dire son point de vue, c'est ça la liberté d'expression, c'est ça la communication, c'est ça le respect du public, c'est un principe fondamental duquel il ne faut pas déroger en démocratie. Mais quand on cherche à empêcher la sortie d'un livre, c'est comme si les personnes visées s'avouaient incapables de se défendre sur les accusations portées et donc, font tout pour en empêcher la publication.

Il y a effectivement un pouvoir secret, caché aux québécois, qui met en oeuvre des moyens d'État pour arriver à ses fins, manipuler l'opinion publique en lui cachant la vérité. Tout comme dans l'affaire du 9/11, nous devons nous demander à qui cela profite-t-il au final? (CDPQ, Saga Coderre, la juge Côté, Julie Couillard) Tout semble pointer vers l'empire anglo-saxon, il faut protéger le fédéralisme canadien, ne pas en éclabousser les acteurs.. mais je crois que ça va bien plus loin que ça.. La Power Corporation qui est proche du Groupe Carlysle et du complexe militaro-industriel, n'a-t-elle pas des intérêts dans chacune de ces histoires? C'est une question tout simplement et non une affirmation.

Une chose est certaine, c'est qu'il y a cet omertà qui règne. Je reviens encore sur la série télévisée du nom de Omertà, mettant en vedette Marc Messier dans le rôle de l'enquêteur Gauthier, qui enquêtait sur le crime organisé montréalais. Dans cette série, on nous démontrait que le crime organisé a des tentacules partout dans l'État et que ses ramifications ont une portée internationale. Il devient alors très difficile mais pas impossible, de défendre les droits et libertés de leurs victimes. Souvenons-nous que l'enquêteur Gauthier avait perdu son emploi, sa femme, etc.. Certes oui il s'agissait d'une fiction, la télé-réalité n'avait pas encore sévi au Québec à cette époque, mais une fiction qui aujourd'hui m'apparaît comme des plus réalistes (en enlevant toute romance).

Et je vous conseille de faire un exercice pour vos prochaines lectures d'articles et de chroniques sur des nouvelles controversées d'intérêt public. Lorsqu'on tente de discréditer une nouvelle en s'attaquant à la nouvelle, ça va, mais lorsqu'on tente de discréditer une nouvelle en s'attaquant à la personne qui apporte la nouvelle, c'est là que rien ne va plus. Pourquoi vouloir détruire la réputation d'une personne qui raconte une histoire qu'elle croit vraie? Si la même histoire sort de la bouche d'une personne n'ayant aucun lien de parenté ou d'amitié ou même professionnel avec la première personne à en avoir parlé, que devrions-nous faire, nous le public? Se renseigner ou simplement accepter aveuglément ce que disent nos bons médias? Sommes-nous bel et bien dans un nouveau-moyen-âge? Y a-t-il une chasse aux sorcières contre ceux qui dérangent l'ordre établi par ce pouvoir secret?

Si on regarde du côté international, aussitôt qu'on parle d'un juif, on se fait taxer d'antisémite, c'est automatique, les médias n'attendent plus les informations, ils les fabriquent eux-même. En France, on a vu ça tellement souvent! Emballement médiatique illégitime qui a pour effet de créer une psychose sociale ayant des portées assez graves merci dans bien des cas. (Meurtres, agressions, harcèlements)

Prenons le cas de Dieudonné qui se dit antisioniste, hé ben il est antisémite! (selon les médias bien sûr!) Une personnalité publique aperçue en compagnie d'une autre personnalité sur qui on a collé illégitimement l'étiquette d'antisémite, se verra elle aussi étiquetée d'antisémite, sans aucun motif valable. Et c'est très grave! Mais aussi, il faut savoir que ceux qui portent tout de suite ces accusations, on a beau le répéter et l'expliquer, il faut le refaire à chaque fois car il semble que ça ne rentre pas dans nos esprits, c'est fait par des gens qui adhèrent à l'idéologie fascho-sioniste.

Élizabeth Lévy, une femme qui se dit sioniste, a accepté de débattre avec Dieudonné sur la question antisioniste. Elle a fait un parallèle entre antisionisme et antisémitisme: les personnes visées par Dieudonné comme étant sionistes, sont les même que celles visées par les antisémites! Alors selon Élizabeth Lévy, les antisionistes sont donc par conséquent antisémites! Pas très fort comme raisonnement.. C'est comme si elle affirmait elle-même que les juifs sont partout en position de pouvoir. Qu'on le répète encore une fois, un juif peut être sioniste ou non, au même titre qu'un non-juif, qu'il soit au pouvoir ou non.

Que fait-on des rabbins juifs antisionistes? Que fait-on de la population juive antisioniste? Il y a des juifs sionistes, des juifs non-sionistes, il y a des chrétiens sionistes, et des chrétiens non-sionistes. Le simple fait que 'antisémite' soit utilisé pour décrire anti-juif uniquement (alors qu'antisémite devrait être anti-juif ET anti-arabe) me permet de croire que l'antisémitisme n'est qu'un mot ré-utilisé pour créer des victimes ciblées et des agresseurs ciblés, tout comme la guerre au terrorisme et le Patriot Act. Le président de l'Assemblée générale de l'ONU, Miguel D'Escoto Brockmann, est-il antisémite d'accuser Israël de violer le droit international? (Lien)

Dieudonné a lancé le premier parti politique antisioniste, il s'est fait (lui et les gens qui l'accompagnaient) intimider par des CRS pendant 3 heures alors qu'il allait déposer sa liste antisioniste pour les européennes de juin 2009. Rappelons-nous aussi que Marie-Claude Montpetit a soumis sa candidature pour se présenter contre Denis Coderre dans son comté (comté de Bourassa) et que sa candidature a été rejetée illégalement! (Lien)

À quoi sert l'ONU exactement? Faire respecter les droits de l'homme? Comme on a pu le voir dans un lien cité plus haut, l'ONU a trop longtemps 'laissé tomber son rôle' dans bien des situations. Et dernièrement on a parlé de l'impunité dans le trafic humain, (voir lien) si l'ONU se décide enfin à faire respecter la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, qu'adviendra-t-il des principaux impliqués dans la Saga Coderre? Une affaire à suivre. En attendant, les autorités continuent de bafouer les droits et libertés de Marie-Claude Montpetit.

Elle est où cette soi-disant liberté dont nous jouissons tous? Elle est morte et enterrée, voilà où elle est, au cimetière. On ne s'en rend compte que lorsqu'une personne ose s'exprimer, ose sortir du moule, ose se plaindre, ose désobéir à l'ordre de gober bêtement ce que disent les médias. Si votre vie est plutôt calme, et que vous travaillez la plupart du temps et que vous n'êtes pas dans un contexte où vous pourriez être mis au courant d'une affaire publique controversée, vous n'avez pas vraiment de raisons de 'désobéir', certes oui tout le monde a des raisons de chialer à un moment ou à un autre pour des questions financières, mais ce n'est pas tout le monde qui est disposé à se renseigner sur des sujets controversés et encore moins à s'exprimer sur ceux-ci. Ces personnes s'apercevraient rapidement que leurs libertés se limitent justement à obéir, à s'occuper de leur petite affaire et à ignorer la situation de leur entourage.

Plusieurs articles de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme sont enfreints aujourd'hui sans que personne ne le remarque ou n'ose le dire publiquement, à part quelques exceptions qui en subissent les conséquences qu'on connaît.

Commenter cet article