La société performante

Publié le par Orion71

Au cours des dernières semaines, après avoir lu et vu beaucoup d'information sur Dieudonné et tout ce qu'on lui attribue à lui et au Parti Anti-Sioniste, sur la Saga Coderre et certains commentaires d'internautes, et sur bien d'autres sujets, j'ai pu constater que la médiocrité des raisonnements vendus par nos médias par l'entremise de quelques hommes ou femmes d'affaires, politiciens, scientifiques et artistes, est omniprésente et en premier plan. De plus, on se permet depuis quelque temps, de faire le procès des gens sans en inviter les principaux concernés et de leur donner la parole, sur les mêmes tribunes utilisées pour les diaboliser. Chose qu'on n'aurait jamais vu il n'y même pas 20 ans. Maintenant, aujourd'hui, on pratique l'indécence au grand jour sans honte ni retenue afin diffuser une pensée unique dépourvue de logique et d'intelligence.

La performance est-elle la capacité à atteindre un but réel, ou bien la capacité à remplir les attentes des supérieurs? Pourquoi les flics ne sont-ils pas contents lorsqu'ils s'aperçoivent qu'une enquête abouti à la conlusion qu'un suspect est innocent, plutôt que de s'acharner sur lui? Pour connaître la vérité sur une affaire, il faut être transparent et effectuer une enquête exaustive au lieu de tenter par divers moyens légaux et immoraux d'inculper un suspect même si on le sait innocent. C'est certain que des milliers de criminels parcourent les rues, et ça arrange bien du monde, (peut-on les appeler du monde?) et comme il faut jeter de la poudre aux yeux au public qui se croit libre, on enferme des innocents, des collabos et des vrais coupables, tout dépendemment du crime qui a été commis.

La police se rentabilise au crime et aux infractions, sans crimes ni infractions, un corps policier ne peut survivre, c'est comme ça que ça marche, exactement comme l'argent-dette: s'il n'y a plus d'emprunteur, il n'y a plus d'argent créé. Faites l'exercice avec d'autres services publics ou privés et vous vous rendrez compte que c'est un pattern qui vient et revient ici et là. Prenons les assurances.. Ah les assurances, que ferait-on sans elle lorsque nous sommes dans le trouble jusqu'au cou? Et si nous n'étions que rarement dans le trouble, y aurait-il autant d'assureurs? Les assurances seraient-elles un service gouvernemental? Et encore là, ça ne changerait pas grand chose aujourd'hui, en parlant de l'offre et la demande. Le public étant acheté par le privé, tout devient possible pour faire des profits avant tout.

Les voitures d'autrefois, les télévisions d'autrefois, les divers appareils électro-ménager d'autrefois, étaient beaucoup plus 'résistants' que tout ce qu'on a aujourd'hui. Qui peut se vanter d'avoir le même 'objet' depuis 15 ans aujourd'hui? Oui il y en a mais ils sont rares. Que ce soit une voiture, une télé, un frigidaire, etc.. Cetains en ont depuis 40 ans, mais ce sont justement ces vieux appareils qui fonctionnent vraiment, et qui sont fabriqués pour fonctionner et performer. Et aujourd'hui nous avons droit à des appareils qui sont performants mais pour l'industrie, pas pour le public! Y aurait-il des géants aussi gros et bêtas (en rachetant des brevets pour les tenir loin du regard du public) aujourd'hui si nos appareils étaient performants, mais performants là! Pour le consommateur et non pour l'industrie!

Microsoft ne serait pas aussi gros et avare si nous n'étions pas obligés et tenus de se mettre a jour aux 3 ans pour les ordinateurs, et aux quelques mois pour les logiciels dits gratuits mais dans lesquels il faut remplir une fiche comprenant des renseignements personnels! Aujourd'hui, nous vivons dans un monde forfaitaire, nous devons adhérer à ceci ou à celà, mais il faut adhérer aux services essentiels offerts et ne jamais essayer de trouver le moyen de combler nous-même ces besoins essentiels par des technologies tenues à l'écart comme l'énergie libre, les voitures électriques, la nourriture familiale (jardins, potagers, fromagerie, etc..)

De plus, il faut se garder de dire son opinion lorsqu'elle va dans le sens contraire de l'opinion dite publique mais moi je la qualifierais plutôt d'opinion médiatisée au public. Réfléchissez un tout petit instant à la liberté d'expression. Est-ce faire preuve de respect de la liberté d'expression que de criminaliser et mépriser et même qualifier de négationistes et révisionistes ceux et celles qui justement, remettent en question bien des choses floues mais pourtant établies, afin d'aller vers la vérité, de s'accomplir en être humain authentique et non pas en marionnette au service d'une pensée unique? Il a fallu inventer ces mots, révisionistes et négationistes, pour satisfaire l'élite qui n'a pas besoin d'invention éthymologique pour être qualifiée parce que les mots menteurs, voleurs, profiteurs, conspirateurs, avares, etc.., existent déjà.

Tout va dans le sens contraire du monde comme on dit au Québec. La performance est devenue la contreperformance (un terme beaucoup plus exact si on considère que la performance est rattachée aux fonctions et utilités du dit objet ou service performant, plutôt qu'aux retombées économiques.)

Il en va de même pour nos politiciens.. Quand on aligne le fait que Jean Charest a reçu les distinctions de je-ne-sais-plus-trop-quel-honneur-de-quoi-au-juste en France avec sa 'performance' au Québec auprès des québécois, ça devient plus clair. Quand on patauge dans l'argent et qu'on est un 'influent générateur d'emprunts'(de tout type), on a de bonnes chances de pouvoir manipuler à sa guise les politiciens qui représentent officiellement le peuple d'une nation. Et celà ne date pas d'hier, déjà dans les années 60, 'on' parlait d'effacer les nations souveraines par le contrôle des corporations, ce qui inclut les banques privées et leur différentes sociétés et fondations.

Et regardez notre beau système de santé qui fais ben du cash jour après jour sur le dos des gens malades et surmédicamentés. Il y a pourtant plusieurs solutions de traitements pour des maladies dites 'incurables' par notre beau système de santé, mais c'est comme les brevets d'inventions, y a aucune différence qu'allez-vous croire? Parce qu'il s'agit de notre santé, c'est différent? Une solution performante n'est pas un traitement qui guérit, c'est un traitement qui rapporte à l'industrie de la santé. Les malades, excusez l'expression, mais on s'en criss carrément, tant qu'ils demeurent malades et qu'ils achètent nos médicaments, on est en business.

Et le fameux Projet Cartagène au Québec, la cerise sur le sundae.. On va se remplir les poches et on va tenir par les couilles tous ceux qui seront fichés. On va implanter toutes sortes de choses dans le corps humain pour lui faire croire qu'il est important à nos yeux, que sa santé est surveillée etc.. On va faire de ces humains, des êtres complètement dénaturés, implantés, contrôlés, de parfaits esclaves. Nous le sommes déjà tous en occident, des esclaves dans nos petites têtes. C'est ça la performance..

Et puis voilà où ça nous mène en 2009, à une dépendance sociale à la techno-poubelle polluante (renouvelables plusieurs fois dans une vie), à l'inertie cérébrale, à l'oisiveté volontaire, à la nuisance pour autrui, à la paresse intellectuelle, à la dépendance à des téléromans, des bulletins de nouvelles et autres émissions abrutissantes.. La performance, comme la liberté d'expression, est à sens unique.

Depuis combien de temps l'internet est-il accessible au public? Et pourtant, l'internet occupe encore et toujours la dernière place dans les choix du public pour s'informer, les J.E., J.T., les journaux et la radio sont encore en premier plan pour l'information et vient ensuite l'internet. On a vendu l'internet en disant que ça représente l'avenir des communications et du commerce. Même après 15 ans, les promesses ne se sont pas encore révélées. Et vous savez quoi? L'internet est performant. Performant pour le public, et non pour l'industrie des communications et du commerce. Voilà pourquoi même après 15 ans, il (internet) occupe toujours la dernière place dans les choix du public pour s'informer.

Parce qu'étant performant pour le public, il est donc dangereux et les médias se doivent de le dénigrer en le qualifiant de niche à ragots dépourvu de crédibilité et tout le monde tombe dans le panneau. On dit au public de ne pas réfléchir, que ça ne sert à rien et que c'est même dangereux. On dit au public de croire et gober les infos des médias, parce qu'il n'a pas la capacité de faire un raisonnement logique et intelligent lui permettant de faire la part des choses en s'informant sur internet. Du mépris total envers le public.

Voilà pourquoi l'internet sera bientôt un beau souvenir, tel qu'on le connaît. On s'apprête à l'assassiner et à le faire renaître sous un 'meilleur' jour. On dit qu'il sera payant, que les sites disponibles se compteront par milliers, plutôt que par millions. On dit également que pour publier un site web, il faudra payer mensuellement beaucoup plus cher, il faudra afficher de la publicité pour arriver à défrayer les coûts de publication. Bref, on cherche à faire de l'internet, une tentacule des médias traditionnels. On cherche à inféoder l'internet, lequel sera le reflet du tableau médiatique mondial. Toutes les grosses têtes blanches seront les principaux acteurs de ce nouvel internet.

Voilà ce qu'on fait de la performance. Je pourrais en parler encore longtemps avec beaucoup d'autres exemples, d'autres applications de ce pattern. Prenons pour terminer, l'exemple de l'éducation. Pour ma part, j'ai grandi en me faisant remplir le crâne de mensonges du type : la technologie sert à apporter le confort, la facilité, la convivialité, l'utilité et la performance pour les utilisateurs. Et aujourd'hui je constate malheureusement que la technologie asservit les utilisateurs et les plonge dans un gouffre duquel il est très difficile de sortir, la technologie est une source de dépendance parce qu'elle régit la normalité de notre société, il faut suivre le courant pour être qualifié de personne normale. Autrement, vous êtes fichés et plus vulnérables socialement.

Les jeunes élèves des écoles primaire de ma génération, ont grandi avec des idéaux propres à leur cheminement personnel, éducation et instruction. Les jeunes ont toujours un grand décalage avec les connaissances, les croyances et les idéaux de leurs parents. C'est normal en raison du système de l'éducation, mais est-ce normal humainement parlant? On va nous dire que le système veut évoluer et pour ce faire il doit changer. Oui il doit changer, oui il doit évoluer, je suis absolument d'accord. Par contre, lorsque les changements ne vont pas nécéssairement dans le sens de l'évolution et de l'amélioration, ces derniers ne font que répéter le pattern de la non-performance pour le public. Rappelez-vous qu'il y a les écoles publiques médiocres, et les écoles privées hors de prix, réservées aux bien nantis. Et chacun sait qu'aujourd'hui, être bien nanti représente beaucoup d'argent, considérant que le fossé entre les riches et les pauvres s'agrandit d'années en années depuis un siècle.

Rappelez-vous l'eugénisme de nos dirigeants, en fournissant une instruction médiocre au public, on se garanti une sécurité, on élimine la menace. Plus les gens seront abrutis, plus ce sera facile de les éliminer ou à tous le moins, de les réduire à l'esclavage. Et pour briser le lien familial, pour étatiser les individus, on leur donne une instruction en perpétuel changement pour créer des différends entre parents et enfants qui forcément développent des sentiments d'incompréhension l'un envers l'autre et donc, des problèmes de communication. Et tout ça sans parler de la qualité de l'enseignement aujourd'hui, par rapport à celle d'il y a 10 ans, 15 ans, 20 ans, etc.. Il y a beaucoup d'information sur l'internet sur ce sujet.

Voilà pour la performance aujourd'hui. Lorsqu'un politicien essaie de vous vendre une idée avec des beaux mots comme performance, intelligence, logique, écologique, économique, sachez qu'il use d'une manipulation des ces mots pour vous jeter de la poudre aux yeux. Faites l'exercice, vous le constaterez bien par vous-même. Plus rien n'est au service du public aujourd'hui. C'est plutôt le public qui est maintenant au service de tout. Le public est performant lorsqu'il a un pouvoir d'achat, voilà la seule et unique mesure de l'importance des individus aujourd'hui.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article